titre tbsn
b1 master lu master lu master lu master lu master lu a1
Accueil École du Vrai Bouddha Glaive polémique E-Books Évènements Pratique Sûtra
Prendre refuge Autres langues Succursales Sheng-yen Lu Fd TV.TBSN Éditions Darong Contact

La nature lumineuse de bouddha


Ce texte est extrait de mon livre Parler du cœur avec vous - les propos secrets du trésor-tonnerre, t. III., publié en février 2003.

“La nature lumineuse de bouddha”, discours fait par le bouddha vivant Lian-sheng le 11 mai 1999.

Si les facteurs extérieurs diminuent, si on peut surveiller son coeur et le rentrer dans l'Un, rapidement, l'état d'esprit intelligent et sagace peut apparaître. Cet état est la lumière immanente. La pratique de la perfection consiste à cultiver la lumière interne ; une fois la nature de bouddha prouvée, l'intelligence s'accroîtra, la nature de bouddha se montrera, et la lumière inhérente se manifestera.

Le nom religieux du maître rituel est Lian-t'ing. J'ai entendu dire que ce maître rituel est légèrement sourd d'une oreille, et qu'il a l'ouïe bonne dans l'autre oreille.

C'est une chose toute simple quand j'ai choisi ce mot t'ing (l'écoute), car dès que j'ai tracé les lignes sur le papier, le mot t'ing est formé. En fait, entendre est de ne pas s'appliquer à entendre, c'est-à-dire que vous n'écoutez aucun propos. L'absence d'écoute peut se traduire en ce que l'on se délivre de l'un des Six Voleurs qui sont enfermés en nous. Les Six Voleurs sont comme six malfaiteurs.

Les yeux, les oreilles, le nez, la langue, le corps et la pensée sont les six voleurs. Alors l'écoute qui est l'un d'eux est un mot extraordinaire. Le nom lian-t'ing veut dire que vous, Lian-t'ing, ne prêtez pas votre attention à quoi que ce soit. Si vous ne vous appliquez pas à entendre, vous pourrez rester inébranlable comme la Réalité absolue. Si vous prêtez votre attention à n'importe quoi, votre cœur sera troublé. Étant donné que votre cœur est susceptible de se troubler, il vaut mieux ne pas écouter.

Ce mot t'ing est bien choisi, il correspond tout juste avec lui. Effectivement, il a prié le maître vénérable de le bénir, en espérant que son oreille puisse entendre. En fait, entendre ou ne pas entendre, cela n'a pas d'importance. (Le maître vénérable se mit à rire.)

Je porte bien rarement mes lunettes en temps ordinaire, mais, dans la nuit, je les mets pour mieux voir les panneaux d'indication. Quand on conduit un véhicule, des signaux sont plantés aux bords des routes, et si on ne porte pas de lunettes, on ne voit pas bien les indications inscrites dessus.

Pourquoi je n'aime pas porter mes lunettes ? Parce que je ne veux pas voir trop clairement. Qu'est-ce qu'on fait si on n'a pas bien vu les choses ? On ne les regarde pas. On n'a pas besoin de les regarder. Puisqu'on ne les voit pas, on n'a donc pas la peine de les regarder. Tout devient flou, chaque chose a donc une beauté vaporeuse ; c'est très bien comme ça, car on ne voit pas les défauts. (Le maître vénérable sourit.) Ne pas bien voir est une bonne chose ; ne pas bien entendre aussi. Tout est bon.

C'est bien incorrect de chercher toujours à comprendre toutes les choses. Si vous savez tout, votre cœur sera importuné, vous le jetterez dans le trouble. Le mieux est de ne rien comprendre ; les facteurs extérieurs ayant diminué, vous pouvez évidemment surveiller votre cœur et le conduire dans l'Un, et, rapidement, votre état d'esprit intelligent et sagace pourra se manifester. Cet état est une lumière immanente, qui ne provient pas de l'extérieur.

Si on pratique la perfection, c'est pour cultiver la lumière inhérente, il ne s'agit pas de choses apparentes telles que la réputation, la gloire, la dignité, la richesse, la beauté, la laideur, le parfum, la douceur. Vous ne cultivez pas ces choses superficielles, mais si votre immanence répand réellement de la lumière, tout sera beau et magnifique pour vous.

On a écouté le maître rituel Lian-t'ing qui parlait tout à l'heure de l'ignorance. Qu'est-ce que l'ignorance ? C'est un thème difficile à expliquer : l'ignorance qui apparaît depuis le non-commencement, l'ignorance qui existe avant le non-commencement. Chacun de nous a accumulé l'ignorance depuis des vies antérieures, depuis de nombreuses vies antérieures, ce n'est pas seulement dans cette vie présente que vous vivez dans l'ignorance, en fait, dès que vous êtes né, vous portez déjà sur vous beaucoup d'obstacles provenant de vos karma, qui sont vos ignorances et qui, étant devenus vos habitudes, se sont pesamment amoncelés comme une montagne.

Alors, la pratique de la perfection n'est pas une chose simple, c'est justement parce que vous ne pouvez pas supprimer d'un coup vos ignorances venant de vos existences antérieures. Étant donné que vous vous en trouvez incapable, votre lumière immanente ne pourra donc pas se manifester. C'est la raison pour laquelle l'homme, après sa mort, a plus de chance de rompre ses ignorances du non-commencement.

Dans le bouddhisme tantrique, on parle de la réalisation de l'état de bouddha dans l'état intermédiaire. Qu'est-ce que la réalisation de l'état de bouddha dans l'état intermédiaire ? Eh bien, vous ressemblez au commun des mortels ! Si vous êtes très idiot, ce serait bien étrange que vous réalisiez, après votre mort, l'état de bouddha. De votre vivant, vous êtes avide et coléreux, et beaucoup d'ignorances se dissimulent en vous ; en considérant que vous vous emplissez d'avidité, de colère et d'ignorance, pourquoi pourriez-vous atteindre après votre mort l'état de bouddha ? c'est parce que vous rencontrez probablement une occasion prédestinée où votre gourou-racine vous portera secours dans votre état intermédiaire. La délivrance par l'audition dans l'état intermédiaire est une méthode redoutablement efficace.

Car, chez l'être humain, quand ses Quatre Grands (terre, eau, feu, vent) sont complètement dispersés, sa nature de bouddha qui existe depuis toujours peut être générée. En un bref instant, sa lumière peut se manifester. Et à ce moment, si quelqu'un vous indique de bien reconnaître la lumière de votre nature de bouddha qui est en vous depuis l'origine, vous devez vite le faire et vous débarrasser d'un coup et complètement de vos Quatre Grands, de vos Six Voleurs, de vos Six Racines et de vos Six Impuretés, ainsi votre esprit lumineux, intelligent et prodigieux apparaît sur-le-champ. Cette démarche s'appelle la réalisation de l'état de bouddha dans l'état intermédiaire.

Dans le bouddhisme tantrique, on enseigne spécialement la réalisation de l'état de bouddha dans l'état intermédiaire. On apprend à votre âme, quand vous avez quitté votre corps charnel, à aller immédiatement reconnaître la lumière de votre propre nature de bouddha et réaliser ensuite l'état de bouddha. Cette méthode est appelée la réalisation de l'état de bouddha dans l'état intermédiaire.

Pourquoi la plupart des gens possèdent-ils encore l'avidité, la colère et l'ignorance? Quelle en est la cause ? L'avidité, la colère et l'ignorance sont particulièrement fortes tant que le corps subsiste, parce que les habitudes et l'ignorance y sont fixées. S'ils ne se cultivent pas dans la pratique de la perfection, vous voyez bien de quoi ils sont en quête. Quand pensent-ils à la nature lumineuse de bouddha qui est enfermée en eux ? Quand pourront-ils s'en souvenir ? En fait, ils n'y pensent jamais.

Ils passent leurs jours de manières peu lucides et peu intelligentes. Si vous parlez avec eux de la pratique de la perfection, ils répondent alors que c'est shin king (en langue taïwanaise, “c'est fou”) : “La pratique de la perfection ? Vous vous êtes trompé, non ? Dans quelle époque sommes-nous, vous pratiquez encore la perfection ?”

Quelqu'un a dit : “Vous êtes-vous trompé ou non ? Dans cette époque de fête et d'amusement, vous vous cultivez dans la pratique de la perfection !”

À ce moment-là, les ignorances accumulées de leurs existences antérieures les font flotter dans la mer de ce monde. Tout à coup, vous vous y enfoncez profondément : soudainement, on a augmenté votre rémunération de travail, et vous étiez plein de joie ; à l'improviste, votre supérieur a fait votre éloge, ouah ! et vous étiez plein de joie ! Tout d'un coup, vous êtes monté en grade, et vous étiez plein de joie.

Si votre chef de bureau ne vous prête pas attention, ou qu'il a réduit votre rémunération, ou qu'il vous annonce votre licenciement, vous vous êtes alors enfoncé dans l'abîme des douleurs. Vous allez au travail pour gagner de l'argent, vous nouez des relations avec vos collègues, vos chefs et vos subordonnés, voilà à quoi votre vie se limite. Après le travail, ce sont les enfants, le mari, l'épouse ; voilà la vie, c'est donc ainsi que les jours s'écoulent.

Si quelqu'un s'affaire à gagner de l'argent, à obtenir une promotion ou une augmentation de salaire, il ne pense jamais à acquérir la nature de bouddha, sa lumière immanente, il n'a jamais en tête cette idée. C'est à cause de l'ignorance qui l'enveloppe ; alors, il lui faut rencontrer un véritable gourou, lequel l'écarte de son ignorance ; sa lumière immanente pourra alors seulement apparaître. En conséquence, la délivrance par l'audition dans l'état intermédiaire est une méthode très importante.

Prenons exemple sur ma défunte mère. Quand elle est morte, je lui ai recommandé maintes fois à l'oreille :

- Tu ne peux pas continuer à penser, ne pense à rien. La terre, l'eau, le feu, le vent, les Quatre Grands se décomposent, ce qui reste est ta propre lumière originelle qui va se manifester, tu dois vite reconnaître cette nature de bouddha.

Aussitôt qu'elle l'a reconnue, son intelligence s'est donc accrue, sa nature de bouddha s'est révélée et sa lumière immanente s'est manifestée.

Tout ira bien si on se délivre de l'enveloppe charnelle. Si vous vous y attachez, si elle vous lie, on peut dire que les ignorances vous retiennent complètement et fermement. Si seulement on peut se libérer du corps, la lumière immanente surgira.

Ce qui est le plus à craindre, c'est que vos ignorances qui existent depuis le non-commencement soient trop lourdes. Bien que votre corps n'ait plus de signe de vie, vous avez encore de l'affection pour lui. Vous ne pouvez donc pas reconnaître votre nature illuminée de bouddha, vous vous dirigerez finalement vers la roue de transmigration des six conditions d'existence, vous vous dépêcherez de trouver un autre corps, et vous serez très pressés de transmigrer. Et voilà, c'est comme ça.

Alors, pourquoi concevez-vous l'avidité, la colère et l'ignorance ? Pourquoi est-ce que vous avez des soupçons et que vous êtes jaloux et altiers ? c'est parce que le corps charnel subsiste. Tout ira mieux si aujourd'hui le corps n'existe plus. Après leur mort, les êtres animés étant dans l'ignorance cherchent encore une substance corporelle, ce qui est exactement l'ignorance du non-commencement.

Om Mani Padme Hum.


Les coordonnées de l'auteur :
Le bouddha vivant Lian-sheng,
Sheng-yen Lu
17102 NE 40th Court
Redmond, WA 98052
U. S. A.

 

 

 



Copyright © 2010-2015. Tous droits réservés.