titre tbsn
b1 master lu master lu master lu master lu master lu a1
Accueil École du Vrai Bouddha Glaive polémique E-Books Évènements Pratique Sûtra
Prendre refuge Autres langues Succursales Sheng-yen Lu Fd TV.TBSN Éditions Darong Contact

LE GLAIVE POLÉMIQUE DU VRAI BOUDDHA

«Combien de temps suit-on la voie de boudddha»

Écrit par le bouddha vivant Lian-sheng, Sheng-yen Lu


C'est à l'âge de vingt-six ans que mon œil céleste s'ouvrit, et depuis je me dirige sur le chemin de la pratique de la perfection en suivant la voie de bouddha. J'ai soixante-quatre ans cette année, et j'enseigne le dharma depuis déjà plus de trente ans.

Un jour, un moine bouddhiste qui s'exerçait dans la méditation me demanda :

- Maître Lu, depuis combien de temps suivez-vous la voie de bouddha ?

Il était apparemment très facile de répondre à cette question, il me suffisait de dire une trentaine d'années.

Cependant, celui qui m'avait posé la question était un moine contemplatif, je lui demandai en retour de me prêter son oreille et je lui posai cette question à l'oreille :

– Combien de pores avez-vous sur votre corps tout entier ?

Le moine resta stupéfait.

Il n'arriva pas à répondre.

J'éclatai de rire et lui dis :

– Allez demander au pin immortel du mont Chung-nan Shan combien d'aiguilles il a.
Le moine contemplatif était bien embarrassé.

*

À Tai-yuan, un jour, un certain Yün-she Tso-chu fit un don au maître de contemplation Hai-hu et lui demanda :

– Bonze, quelle voie de bouddha suivez-vous ?

Le maître de contemplation Hai-hu répondit :

– Approchez, Tso-chu.

Le maître de contemplation Hai-hu lui renvoya la question :

– En quelle année Ajnata-kau-hdmya, l'un des Cinq Bhiksu, commença-t-il à suivre la voie du bouddha ?

Le visage de Yün-she Tso-chu afficha l'ignorance la plus complète.

Le maître de contemplation Hai-hu cria :

– Vous, espèce de spectre qui urine dans son lit !

Tso-chu demanda à nouveau :

– Pourquoi n'y a-t-il pas beaucoup de monde dans la cour intérieure de la bonzerie ? Pourquoi y en a-t-il beaucoup dans la cour intérieure de l'Eau tranquille ?

Le maître de contemplation Hai-hu répondit :

– Dans la profondeur des touffes d'herbe, il y a beaucoup de cerfs sauvages ; sur la haute falaise, les animales fabuleuses mi-licornes et mi-cerfs sont très rares.

(Une réponse merveilleuse.)

Il continua :

– Quelle est la réponse à la question qui n'est pas posée ?

Le maître de contemplation Hai-hu répondit :

– Le pin fait du bruit en rimes et le son de la cithare résonne.

*

À propos, à partir de quand suit-on la voie de bouddha ? Tous les hommes illuminés comprennent :

1. On ne suit pas depuis toujours la voie de bouddha !

2. Il n'y a ni commencement ni fin !

Ceux qui peuvent saisir le sens profond de mes indications sont ceux qui comprennent le principe mystique.

Tso-chu demanda encore :

– Et en ce qui concerne le grand nombre et le petit nombre de croyants ?

Le maître de contemplation Hai-hu répondit :

– Plus le chant s'élève, moins le chœur est nombreux.

Voici ma réponse :

– Je me tiens debout au sommet d'une très grande montagne, je me promène au plus profond de la mer, ceux qui m'accompagnent sont très peu !

Je compose un poème :

La Voie
Ne considérez pas que je suis le coucher du soleil brillant,
Je suis en réalité un arc-en-ciel qui s'élève petit à petit ;
Ne considérez pas que je suis douce comme de l'eau,
Je me trouve en fait à l'est ;
Personne ne peut m'attraper,
Et mon nom est l'infini.

Les coordonnées de l'auteur :
Le bouddha vivant Lian-sheng,
Sheng-yen Lu
17102 NE 40th Court
Redmond, WA 98052
U. S. A.

 

 



Copyright © 2010-2014. Tous droits réservés.