titre tbsn
b1 master lu master lu master lu master lu master lu a1
Accueil École du Vrai Bouddha Glaive polémique E-Books Évènements Pratique Sûtra
Prendre refuge Autres langues Succursales Sheng-yen Lu Fd TV.TBSN Éditions Darong Contact

SÛtra du dharma authentique qui arrÊte le malheur et apporte le bonheur


Faire la grande vénération :

Hommage aux bouddhas des dix directions.

Hommage à tous les bodhisattva.

Hommage aux protecteurs de diamant.

L'inclination de tête avec le mudrâ de l'égalité.

Réciter le mantra de purification des paroles :

Om. Suri. Suri. Mahasuri. Susuri. Svaha.

Réciter le mantra de purification du corps :

Om. Sudori. Sudori. Sumoli. Sumoli. Svaha.

Réciter le mantra de purification de la pensée :

Om. Vajra. Dam. Ho. Ho. Hum.

Réciter le mantra du dieu de la terre :

Namo. Samanta. Buddanam. Om. Duru. Duru. Devi. Svaha.

Texte de la supplication d'une bénédiction donnée par le bouddha vivant Lian-sheng :

Om. Ah. Rom.

La présentation déférente de la purification du corps, des paroles, de la pensée.

Une offrande pour le vénérable Vairocana.

La sainte Bouddhalocana est le Dharmakâya.

Padmakumara est le Sambhogakâya.

Le bouddha Lian-sheng est le Nirmânakâya.

La non-distinction des Trikâya est la grande bienfaisance du Bouddha.

La vénération pour la grande transmission du Vrai Bouddha.

Le pouvoir surnaturel complètement doté se répand dans l'univers.

La lumière émise illumine partout les trois phases de l'existence.

Tout comme la réalisation manifestée sans intervalle.

Les disciples du Bouddha l'invoquent de temps en temps.

Le rayonnement de la lumière fait augmenter le bonheur et la sagesse.

Le bouddha Sâkyamuni a décerné dans le passé une distinction de bouddha.

Le bouddha Amitâbha a fait instamment une recommandation.

Le bodhisattva Maitreya a déposé une couronne rouge.

Padmasambhava a enseigné le dharma tantrique.

En priant de ne pas abandonner le grand vœu.

Et de nous secourir, nous tous les êtres vivants.

Telle est l'idée de protection et l'invocation.

La supplication d'une bénédiction pour avoir rapidement une réalisation.

Namo le bouddha Vairocana.

Namo Bouddhalocana.

Namo Padmakumara.

Namo le bouddha vivant Lian-sheng.

Namo l'assemblée du Vrai Bouddha, tous les bouddhas, bodhisattva mahasattva des dix directions et des trois ères. (3 fois)

Réciter trois fois le saint édit :

L'assemblée à l'Étang de lotus de l'Ouest. Le maha Étang au Double Lotus. Les dix-huit Padmakumara. Le saint Vénérable en robe blanche. Le gourou de diamant à la sainte couronne rouge. Le maître secret du monde de mantra. Le grand fondateur éveillé de l'école du Vrai Bouddha Ling Hsien. Le vénérable pratiquant tantrique Sheng-yen Lu.

L'hymne d'encens :

Les encens de l'encensoir brûlent maintenant.

Le monde du dharma s'imprègne de parfum d'encens.

Toute l'assemblée du Vrai Bouddha le sent de loin.

Les nuages de bon augure se forment partout.

La sincérité est extrême.

Tous les bouddhas se montrent entièrement.

Namo les bodhisattva mahasattva couverts des nuages d'encens. (3 fois)

Namo l'assemblée du Vrai Bouddha, tous les bouddhas, bodhisattva mahasattva. (3 fois)

Invoquer deux bouddhas et huit bodhisattva :

Namo le bouddha Vairocana du plus merveilleux palais du monde du dharma.

Namo le bouddha Amitâbha du Monde de la joie parfaite de l'Ouest.

Namo le bodhisattva mahasattva Avalokitésvara.

Namo le bodhisattva mahasattva Maitreya.

Namo le bodhisattva mahasattva Âkâsagarbha.

Namo le bodhisattva mahasattva Samantabhadra.

Namo le bodhisattva mahasattva Vajrapani.

Namo le bodhisattva mahasattva Manjushrî.

Namo le bodhisattva mahasattva Sarvapayajaha.

Namo le bodhisattva mahasattva Ksitigarbha.

Namo tous les vénérables bodhisattva mahasattva.

La strophe de l'ouverture du sûtra :

Le dharma suprême, profond et merveilleux.

Il est difficile de le rencontrer depuis cent, mille, dix mille kalpa.

L'ayant vu et entendu aujourd'hui, je devrais le recevoir et le suivre.

Je voudrais apprendre la réalité absolue de Tathâgata.

Sûtra du dharma authentique qui arrête le malheur et apporte le bonheur” comme le dit le bouddha vivant Lian-sheng :

Ainsi ai-je entendu : une fois, Mahapadmakumara Blanc, au maha Étang au Double Lotus, s'asseyait sur une chaire de dharma formée par une grande fleur de lotus blanc. Les dix-sept grandes fleurs de lotus se trouvaient aux alentours. Le lotus bleu émit une lumière bleue, le lotus jaune émit une lumière jaune, le lotus rouge émit une lumière rouge, le lotus violet émit une lumière violette. Chaque fleur de lotus était merveilleuse, subtile, parfumée et pure. Padmakumara Blanc exerça silencieusement son pouvoir surnaturel, fit que tout un maha Étang au Double Lotus devint particulièrement splendide et se remplit de lumière d'or. Toutes les fleurs parfumées s'épanouirent. Les herbes de bon augure exhalèrent une odeur agréable. Les grues blanches, paons, perroquets, sari, kalavinka et jivajira répandirent tous une lumière d'or et produisirent des sons célestes, gracieux et harmonieux. Le ciel se remplissait de lumière dorée. Il y avait de la musique céleste, pure et merveilleuse provenant des espaces. Toutes les sphères du dharma s'emplirent de parfums et d'odeurs odoriférantes. Les pavillons dorés trouvés dans le ciel s'illuminèrent entièrement. Partout furent parsemés des lotus d'or. Dans l'espace voltigèrent des fleurs célestes.

À ce moment-là, le maha Étang au Double Lotus trembla violemment et les cieux innombrables sentirent tous ce tremblement. Tous les bouddhas, bodhisattva et srâvaka le sentirent et arrivèrent au maha Étang au Double Lotus. Les dieux des trente-trois cieux aussi s'y rendirent hâtivement. Les êtres divins des vingt-huit cieux furent tous rassemblés. Indra, Brahmâ, les huit catégories d'êtres non humains et les quatre membres de la sangha prouvèrent largement l'importance du dharma.

À ce moment-là, Padmakumara Doré émit une grande lumière de la sagesse. Padmakumara Blanc émit une lumière du monde de dharma. Padmakumara Vert émit une lumière infinie de trésor. Padmakumara Noir émit une lumière de sujétion. Padmakumara Rouge émit une lumière de réalisation votive. Padmakumara Violet émit une lumière majestueuse. Padmakumara Bleu émit une lumière du fruit de bienfaisance. Padmakumara Jaune émit une lumière de bonheur complet. Padmakumara Orange émit une lumière de candeur enfantine.

Ayant vu cela, tous les êtres célestes s'émerveillèrent énormément. Alors Indra se leva de son siège, s'avança, se prosterna devant Padmakumara Blanc et dit : “Le peu commun saint Vénérable, le maha Étang au Double Lotus, pour quelle affinité prédestinée manifeste-t-il une lumière aussi splendide ?” Le Grand Padmakumara Blanc répondit : “Il faut vous le relater.” Indra repartit : “L'autorité du saint Vénérable est la plus auguste, on souhaite seulement que le saint Vénérable le prêche à tout le monde, afin que tous les êtres humains et célestes puissent connaître la direction de conversion.”

À ce moment-là, le Grand Padmakumara Blanc répondit à Indra et dit à l'assemblée : “Très bien ! Très bien ! Je vais l'expliquer aujourd'hui à vous et à tous les êtres de la dernière période du bouddha-kalpa, ainsi qu'à ceux qui auront dans l'avenir une affinité prédestinée avec le dharma. Ensemble vous apprendrez le dharma authentique du Bouddha et la raison d'arrêter le malheur et d'apporter le bonheur.”

Le Grand Padmakumara Blanc fit entendre alors : “Pour secourir les êtres vivants, tous les bouddhas et bodhisattva se sont manifestés dans le Monde de la victoire suprême, le Monde du trésor merveilleux, le Monde de la perle ronde, le Monde de l'absence de souci, le Monde du séjour pur, le Monde de l'idée de dharma, le Monde de la pleine lune, le Monde de la joie merveilleuse, le Monde de l'achèvement prodigieux, le Monde du trésor de lotus, le Monde de l'ultime réalité, le Monde de l'omniprésence. Maintenant, il y aura le Monde du Vrai Bouddha.”
Alors, les bouddhas, bodhisattva, srâvaka, pratyeka-bouddha et tous les êtres célestes écoutèrent le saint Vénérable qui prêchait le Monde du Vrai Bouddha. Étant conscients que ce fut, dans le passé, le présent et l'avenir une causalité de bon augure, de bonne disparition, de la grande compassion, et que ce fut une manifestation du Corps de transformation du saint Vénérable, tous éprouvèrent une joie qu'ils n'avaient jamais eue auparavant. Ils firent une prosternation et une éloge en strophe :

Le saint Vénérable de grande compassion,
Le suprême Vénérable secret,
Ayant déjà atteint l'Illumination dans le passé,
Se détacha du désir en dépassant le monde ordinaire.
Il établit aujourd'hui le Monde du Vrai Bouddha,
Compatit à tous les êtres vivants,
Se transforma en un fondateur de la religion.
Il descendit au Monde Sahâ,
Avec un bon surnom Lian-sheng,
Prêcha largement le dharma à tous les êtres vivants.
Ayant tout entendu,
Nous devons agir en qualité de grand protecteur et de soutien.

À ce moment-là, le saint Vénérable, Grand Padmakumara Blanc, instruisit l'assemblée : “Dans la pratique de la perfection, la non-pensée est considérée comme le Joyau de bouddha qui est l'Illumination universelle, la purification du corps, la purification des paroles et la purification de la pensée comme le Joyau de dharma, la prise du refuge auprès d'un véritable gourou de diamant comme le Joyau de sangha.”

Le saint Vénérable dit à tout le monde : “Si Homme charitable ou Femme vertueuse, au dix-huitième jour du mois de mai de chaque année lunaire, fait ses ablutions, s'abstient de viande, se vêtit de vêtements neufs ou propres, ou au dix-huitième jour de chaque mois lunaire, ou à sa date de naissance, évoque devant l'autel divin deux bouddhas et huit bodhisattva, récite respectueusement le "Sûtra du dharma authentique qui arrête le malheur et apporte le bonheur", toutes ses supplications seront naturellement exaucées. Si on peut encore offrir des fleurs, de l'encens, la lampe, du thé et des fruits comme offrandes, avec une prière sincère, tout sera à souhait.”

Le saint Vénérable relata à tous : “En ce bas monde, si les hauts fonctionnaires, les personnages de marque, les bonzes, les bonzesses, les laïcs attachés à l'enseignement religieux et les yogis entendent ce sûtra, l'acceptent, l'observent, le lisent et le récitent, leur richesse et leurs honneurs seront les plus remarquables. La durée de leur vie se prolongera, ils obtiendront le fils désiré, la fille désirée, et leur bonheur acquis sera infini. C'est un sûtra précieux de la grande félicité qui augmente le profit. Si les ancêtres, les rancuniers et les créanciers sont incapables de se délivrer et demeurent longtemps dans l'Enfer, si on peut réciter, imprimer et offrir ce sûtra, les âmes des morts monteront au ciel, les rancœurs s'éloigneront et disparaîtront, et les vivants acquerront le bonheur. Si Homme et Femme sont soit attaqués par le démon, soit tourmentés par le mauvais esprit, soit troublés par des cauchemars, s'ils récitent, offrent et impriment ce sûtra, les fantômes vicieux s'éloigneront et se dissimuleront, et la tranquillité et la joie s'acquerront aussitôt. S'il y a une maladie qui importune le corps, la sanction d'un mauvais karma causé dans les vies antérieures, des maux engendrés par un spectre, si on récite, imprime et offre ce sûtra, le fléau et l'infortune seront écartés et la cause de l'affection sera rapidement traitée. S'il y a la mauvaise fortune, l'implication dans un procès, la captivité, l'emprisonnement, si on peut réciter, imprimer et offrir ce sûtra, on s'en délivrera, la méchanceté et la calamité s'anéantiront et se transformeront en bon augure. Si deux nations entrent en guerre, si on peut réciter ce sûtra, établir une iconographie de Padmakumara et faire des offrandes, la puissance s'accroîtra, et la bataille ne mènera à la défaite. Chez ceux qui le récitent, qui l'impriment et qui l'offrent, tout sera propice, à souhait et parfait, toute nuisance sera éliminée, la souffrance de la vie et de la mort pourra être supprimée.”

Dans l'assemblée du Vrai Bouddha de l'Ouest, au maha Étang au Double Lotus, le Grand Padmakumara Blanc fit entendre alors le mantra : Om. Goulou. Lianshen. Siddhi. Rom. (Plusieurs fois.)

Le saint Vénérable dit que l'enseignement de ce sûtra était terminé. Indra, tous les êtres célestes, les cieux, les dragons, les huit catégories d'êtres non humains et les quatre membres de la sangha se prosternèrent avec révérence, y ajoutèrent foi et l'observèrent respectueusement.

Ainsi se termine le “Sûtra du dharma authentique qui arrête le malheur et apporte le bonheur”.

 


 



Copyright © 2010-2014. Tous droits réservés.